20140524_Neyron_9.jpg


De retour sur Lyon ce 24 mai 2014, nous voici dans la commune de Neyron, proche de Rillieux-la-Pape. Nous y prendrons trois murs, et vous vous attendez naturellement à ce que nous commencions par le premier. C'était sans compter sur l'actualité car aujourd'hui est un jour spécial. L'ordre des murs est bousculé, voici aujourd'hui le troisième et dernier des murs pris à Neyron.

En 1980, alors que toute la France n'était pas encore automatiquement commutée, la région lyonnaise connut un numéro à 7 chiffres. C'était déjà banal dans la capitale ! Il fut en effet nécessaire de rajouter un septième chiffre au numéro de téléphone canonique des abonnés. L'opération se fit en réduisant à un chiffre le nombre de la zone d'appel. Pour appeler l'interurbain, on composait le 16, puis le nombre à deux chiffres de la zone d'appel, puis enfin le numéro à 6 chiffres de l'abonné. Le préfixe de zone lyonnais était le 78. Il devint 7 et le 8 s'ajouta au numéro d'abonné. Seuls les usagers de la zone de numérotation se rendirent compte de quelque chose : eux, ne composaient pas le 16 et durent passer à 7 chiffres. Vous avez suivi ?

Le plan de numérotation à 7 chiffres de Lyon n'eut jamais de problème de saturation car le 25 octobre 1985 à 23 heures, Louis Mexandeau, Ministre des PTT, lança la révolution du plan de numérotation à 8 chiffres, promu à la télévision par Léon Zitrone et une petite Caroline. C'était il y a tout juste 30 ans. À la minute près.

Vous trouverez sur le site de l'INA les publicités préparant la France à la mutation du téléphone à 8 chiffres. La campagne de communication commença en mai par ce spot. Elle continua en juin par trois spots, celui-ci, celui-là et celui-ci. Elle se termina le 1er octobre par celui-ci.

Léon Zitrone décéda 10 ans et un mois plus tard. Mais cela n'a aucun rapport.
Nous ne savons pas en revanche ce qu'est devenue Caroline.